L'Université d'Eté du PS a eu lieu ce week end. Difficile de savoir exactement ce qu'il y a eu comme débat, l'information du jour étant parasitée par la fusion politique GDF/Suez...

J'attendrais donc de recevoir des compte-rendus pour voir l'étendue des avancés.

En attendant, un élément me semble essentiel : ne pas mettre la charrue des alliances avant les boeufs des propositions. Pour être cohérent avec soi-même, pour être capable de gagner les prochaines échéances nationales face à une droite populiste dont le bilan ne pourra rapidement plus être caché par des artifices, il faut avoir une base solide. Et cette base solide, ce sont les idées. Idées dont les grandes lignes pourront alors servir à trouver un PGCD entre les futurs partenaires.

Alors le PS doit il défendre les Services Publics ou non?
Doit il défendre l'asile politique ou non?
Doit il défendre une politique fiscaliste par la redistribution?
Quelles propositions pour l'école?
Quelles propositions pour l'environnement?

Une fois ces questions résolues (et tant d'autres), il sera tant de voir avec nos éventuels partenaires qui est prêt à travailler ensemble. Non pas sur un programme intégral, mais sur un programme pragmatique. En se disant que l'essentiel est d'avoir le moins pire et que l'idéal est d'être au pouvoir pour appliquer des idées les plus proches des siennes. Pas d'être dans l'opposition pour voir des idées destructrices pour l'image que l'on se fait de la société française...